Abonnez-vous gratuitement maintenant.

Abonnez-vous gratuitement maintenant.
Que le spectacle commence!

Que le spectacle commence!

Discovery | Publié le June 9, 2009

Aperçu de la logistique derrière le rideau.

Soir après soir, chanteurs, musiciens, magiciens, ventriloques défilent sur les scènes des navires de croisière. Certains spectacles sont minimalistes, avec une seule personne et quelques accessoires. D’autres sont à grand déploiement, avec une trentaine de danseurs, chanteurs et musiciens qui évoluent dans des décors parfois fort imposants et mobiles.

Tout semble facile, y compris de faire des pas de deux sur une scène qui tangue parfois. Mais ces spectacles sont le fruit de centaines d’heures de travail de conceptionet de répétition ainsi que de la mise en place d’une logistique rodée et sans faille.

La plupart du temps, il est possible de visiter les coulisses des salles de spectacles desnavires de croisière, dont certaines n’ont rien à envier aux salles de la Place des arts, tant en capacité qu’en équipement sonore et visuel.

Prenons, par exemple, la salle de spectacle du Golden Princess. La scène est surplombée de quelque 200 projecteurs de lumière. Le tiers d’entre eux sont des dispositifs intelligents qui offrent un nombre quasi illimité de positions et de couleurs.Le système de son se compose de 36 haut-parleurs d’une puissance totalisant plus de 20 000 watts. N’oublions pas les 75 moteurs utilisés pour faire bouger la partie amovible de la scène. Le tout est géré par huit ordinateurs.

Une fois recrutés, les danseurs et les chanteurs doivent se rendre à Los Angeles pour y apprendre l’équivalent de cinq spectacles en cinq semaines. Cela représente plus de 70 numéros à mémoriser dans ce court laps de temps. Outre les prouesses physiques et vocales, ils doivent changer de costume au moins 10 fois au cours des spectacles qui durent généralement 45 minutes, parfois en aussi peu de temps que 30 secondes. Certains danseurs portent jusqu’à quatre costumes à la fois pour accélérer les changements. Cela exige une logistique à toute épreuve, comme un système de rangement électrique pour les quelque 1 500 costumes de scène en stock.

N’oublions pas non plus la dizaine de techniciens qui veillent au bon déroulement des spectacles.