Abonnez-vous gratuitement maintenant.

Abonnez-vous gratuitement maintenant.
Les grandes nouveautés de l'année

Les grandes nouveautés de l'année

News | Publié le May 15, 2010

Boréal (lancement mai 2010).Voilà un tournant majeur dans l’histoire de la compagnie française Ponant qui, après 22 ans d’existence, va lancer en l’espace de moins d’un an deux nouveaux navires, ce qui aura pour effet de doubler sa capacité. Affichant un tonnage de 10 700 tonnes, le Boréal, un navire à la silhouette élancée et aérodynamique, sera le nouveau digne représentant de cette compagnie animée par la passion de la mer et de la nature qui cherche à marier yachting de grande classe avec destinations insolites, service empressé et gastronomie hors pair.

Seabourn Sojourn (lancement juin 2010).Voilà la grande nouveauté de l’année dans le segment des croisières de grand luxe. La compagnie Seabourn Cruises ajoutera ce cinquième navire à sa flotte, son second plus gros avec ses 30 200 tonnes après le lancement l’an dernier du navire soeur Seabourn Odyssey. Pareille taille permet encore d’offrir un service personnalité et de dorloter les 450 passagers. La superficie des cabines est d’au moins 277 pieds carrés, soit environ le double d’une cabine d’une compagnie de croisière de masse.

Norwegian Epic (lancement juillet 2010). Événement majeur pour Norwegian Cruise Line, à double titre : d’abord, la compagnie n’a pas lancé de navire depuis le Norwegian Gem en 2007, un 93 000 tonnes. Ensuite, elle a franchi un pas de géant en ayant investi dans la construction d’un méga navire de 150 000 tonnes. Baptisé le Norwegian Epic, ce navire comportera une foule de nouveautés inédites dans l’industrie des croisières. Comme des cabines d’une conception révolutionnaire basée sur l’abolition des angles droits pour maximiser l’espace. Et une nouvelle approche du divertissement en mer, avec notamment la présence d’un bar tout en glace.

Niew Amsterdam (lancement juillet 2010). Pas question pour Holland America Line de participer à la surenchère au gros tonnage. Son prochain navire fera 86 000 tonnes, tout comme son prédécesseur, l’Eurodam qui a commencé sa carrière en 2007. Cette stratégie porte fruit, puisque les 14 navires de cette compagnie affichent régulièrement complet.

Queen Elizabeth (lancement octobre 2010). Quand Cunard Lines lance un navire, c’est toujours un événement. Après la mise au rancart du Queen Elizabeth 2 en 2008 après trois décennies de bons services, la compagnie de croisière la plus vieille de l’industrie (née en 1840) lance un autre navire qui mariera à merveille tradition et modernité. Événement, disions-nous : le voyage inaugural du Queen Elizabeth (90 000 tonnes) affiche complet depuis le jour de la mise en vente des cabines à l’été 2009, soit près d’un an et demi avant le départ.

MSC Cruises au Québec (octobre 2010).Voilà une grande première, tant pour la compagnie italienne − qui s’est lancé dans le secteur des croisières en 1987 − que pour le port de la Vieille Capitale. L’un des fleurons de MSC Cruises, le MSC Poesia, partira de Québec à deux reprises les 9 et 23 octobre pour des croisières respectivement de sept et de six nuits à destination de NewYork, avec escales à Sydney, en Nouvelle Écosse, Bar Harbor, dans le Maine, Boston et Newport dans le Rhode Island. Les passagers de la croisière du 9 octobre pourront prolonger leur croisière de sept nuits et revenir à Québec. Ceux du 23 octobre pourront prolonger leur croisière de trois nuits et débarquer à Fort Lauderdale.

Disney Dream (lancement janvier 2011). Après le lancement du Disney Magic et du Disney Wonder, deux navires uniques en leur genre de 83 000 tonnes, Disney Cruise Line aura attendu pas moins de 13 ans avant de concevoir une nouvelle génération. Avec ses 128 000 tonnes, le Disney Dream rejoindra le peloton des gros navires avec comme principale nouveauté l’Aqua Duck, une audacieuse combinaison de montagnes russes et de glissades d’eau qui se déploieront sur quatre ponts. Autre originalité : les occupants des cabines intérieures auront, eux aussi, une vue sur l’extérieur du navire grâce à la présence d’un hublot virtuel connecté à un système de caméras.